www.snuipp.fr

SNUipp 05

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Archives  / Archives 2006-2007 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 juin 2007

Marche des fiertés LGBT

Comme chaque année, le SNUipp, avec la FSU sera présent à la marche des fiertés LGBT qui se déroulera le :

30 juin prochain à Paris.

Départ 13h30 - place du 18 juin 1940 (Montparnasse)

Au delà du caractère festif de cette initiative, c’est aussi l’occasion d’affirmer, pour une grande partie du mouvement syndical, que la lutte contre toutes les discriminations inclut les questions liées à l’homophobie.

Il s’agit bien pour nous :

- d’agir pour que ces questions soient vraiment prises en compte dans le système éducatif.
- d’affirmer notre engagement auprès de nos collègues victimes de discriminations.


Vous trouverez ci-après une note du groupe FSU contre l’homophobie qui fait un rapide point d’info sur ce dossier.


FSU, LGBTphobies et prochaines Marche des Fiertés LGBT

FSU et précédentes Marches des Fiertés

Depuis 2002, la FSU est présente de façon très visible dans la marche des fiertés lesbiennes, gaies, bi et trans qui se déroule chaque année à Paris, avec deux objectifs affichés :
- montrer qu’elle s’engage dans la défense des personnels victimes de discriminations liées à leur orientation sexuelle ou à leur identité de genre
- montrer qu’elle s’engage dans la lutte contre les LGBTphobies par le biais de la prévention par l’éducation

FSU et lutte contre les LGBTphobies par l’éducation

Cette année, c’est ce deuxième aspect qui a été mis en avant, par le fait que le thème de la troisième journée mondiale de lutte contre l’homophobie était justement l’éducation. La tenue d’un colloque le 16 mai dernier au conseil régional d’Ile de France, colloque où la FSU a pris toute sa part, a contribué à rappeler l’importance de mettre en oeuvre ces stratégies éducatives de prévention des comportements discriminatoires. C’est d’ailleurs l’objet d’une lettre ouverte aux pouvoirs publics signée par 21 organisations, dont la FSU, l’UNEF, l’UNL, la FERC-CGT, le SGEN-CFDT, la FCPE, mais aussi la LDH, et bien sûr de nombreuses associations LGBT qui interviennent en milieu scolaire, lettre qui deviendra probablement assez vite une pétition à signer en ligne et que les associations LGBT utiliseront pour demander une audience au ministère de l’Education nationale.

Les récentes élections présidentielles ont permis de connaître les intentions des différent-e-s candidat-e-s en la matière, il convient de rappeler ici ce qui a été avancé par l’actuel président Nicolas SARKOZY. A la question posée par l’Inter-LGBT « Quelles sont vos propositions pour que l’école s’engage concrètement contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre ? », le candidat répondait : « il me paraît essentiel de sensibiliser les professeurs et les infirmières scolaires, souvent l’objet de confidences, à cette question dans leur formation. Il me parait également important de sensibiliser l’ensemble des adolescents sur la question des différences et de l’homophobie au cours de leur scolarité. ». A la question posée par le magazine TETU « En matière de lutte contre l’homophobie, quel bilan tirez-vous de la présidence de Jacques Chirac ? Et au-delà du volet répressif, que faudrait-il mettre en œuvre ? », il répondait : « tout ce qui peut être fait à l’école pour expliquer que la différence est une richesse et pas un risque, je le favoriserai. »

La FSU avait été reçue en audience par Luc FERRY en février 2004 après l’agression dont avait été victime Sébastien NOUCHET puis à nouveau mais dans le cadre du collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire (FCPE, FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNEF, UNL, UNSA Education) le 11 février 2005 (cabinet FILLON) et le 7 avril 2006 (cabinet de Robien). A chaque fois, les délégataires sont poliment reçus et écoutés mais aucune réponse n’est apportée aux questions qu’ils posent et aux préconisations qu’ils avancent (détermination affichée par une circulaire spécifique, comme il en existe sur d’autres discriminations, formation initiale et continue des personnels, outils élaborés en concertation et avec leur expertise, ouverture aux associations compétentes...).

Le collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire va très certainement demander à être reçu par Xavier DARCOS, et risque à nouveau d’être renvoyé vers les services de la DGESCO qui refusent toute critique sur les rares outils qu’ils ont pu éditer et qui évoquent souvent très maladroitement ces questions. Nous sommes nombreux à la FSU (le stage organisé le 15 mai dernier en témoigne) à souhaiter que les organisations soient dorénavant offensives pour ne plus permettre que les audiences ne donnent lieu à aucune action, ni à aucune concertation véritables. Les réponse de Nicolas SARKOZY ci-dessus indiquées doivent être, à notre avis, utilisées en ce sens.

FSU et Marche des Fiertés 2007

Nous sommes également favorables à ce que la prochaine marche des fiertés prévue le 30 juin à Paris soit l’occasion de mettre en avant cette détermination de la FSU, à travers une visibilité réelle. Nous souhaiterions donc que tout soit mis en oeuvre pour que cette visibilité ne repose pas sur un faible noyau de quelques militant-e-s, pour la plupart directement concerné-e-s par la discrimination combattue. Pour être parfaitement honnête, et pour contre-balancer le précédent propos, il convient de saluer la détermination de certain-e-s militant-e-s dans notre organisation qui revendiquent que justement, cette question concerne tout le monde au même titre que n’importe quelle autre discrimination et qui se l’appliquent en défilant chaque année, à commencer par Gérard ASCHIERI mais aussi certaines secrétaires générales de nos syndicats nationaux (les femmes à ce niveau de responsabilité semblent plus sensibles aux LGBTphobies que les hommes !). Il faudrait donc que toutes les SD FSU de la RP relaient fortement l’appel à participer à cette marche, de même que les SD hors RP peuvent aussi s’investir dans des marches locales. Mais les syndicats nationaux, à travers leurs sections académiques et/ou départementales, doivent aussi montrer leur volonté de s’impliquer dans ce combat qui, rappelons-le, doit être mené par tou-te-s, et pas uniquement, surtout pas, par celles et ceux qu’elle touche. Notre organisation a fait depuis 2002 d’immenses progrès en ce sens mais il est temps de passer à la vitesse supérieure, et de rendre banale la participation à une telle marche, la question n’étant pas de défendre le droit des homosexuel-le-s et des transsexuel-le-s à être fiers, mais leur droit à ne plus vivre dans la honte, dans le mensonge, dans la dissimulation.

La FSU doit se donner les moyens d’assurer sa visibilité dans ce combat. Ce n’est ni un sujet annexe, ni une question hors de son champ. De même que la FSU au niveau national est membre de l’inter-associative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT), rien n’empêche, bien au contraire, qu’une SD FSU ou une section académique et/ou départementale d’un SN s’implique localement dans un collectif local contre les LGBTphobies, comme certaines le font déjà sur d’autres discriminations.

FSU et lutte contre les LGBTphobies au quotidien

Enfin, la lutte contre les LGBTphobies ne s’arrête pas à une marche, fût-elle aussi importante que la marche parisienne (chaque fois entre 700 000 et 800 000 personnes, chiffres non trafiqués). Pour la FSU ce doit être un de ses soucis permanent comme le sont l’ensemble de nos mandats qui doivent, chaque fois que possible et dans quelque instance que ce soit, être avancés. A ce sujet une formation intersyndicale et inter-organisationnelle (FCPE, FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNEF, UNL) est prévue les 22 et 23 octobre prochains pour sensibiliser les cadres de nos organisations respectives à ces thématiques. La FSU disposera de 4 ou 5 places dans ce stage.

Annexe : Dates des marches des fiertés LGBT en France
- 19 mai : TOURS
- 2 juin : BORDEAUX - LILLE - NANCY - NANTES
- 9 juin : MONTPELLIER
- 16 juin : BIARRITZ - RENNES - STRASBOURG - TOULOUSE
- 23 juin : LYON - MARSEILLE – ROUEN

- 30 juin : PARIS, départ 13h30 place du 18 juin 1940 (Montparnasse), arrivée Bastille

 

38 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 05 - Bourse du Travail - Place Grenette - BP 42 - 05002 GAP Cedex - Tél. : 04.92.53.45.28 - Tél. LiveBox : 09 60 05 69 31 - Fax : 04.92.53.78.84 - Courriel : snu05@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp 05, tous droits réservés.