www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 05

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Infos carrière  / Accompagnement des équipes d’école - Inspection 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
février 2004

L’inspection en question - SNuipp 69

L’école Libérée, SNUipp 69, n°3 - janvier/février 2004

3 questions à Geoffroy CHEVALIER 28 ans, PE en CM2, Secrétaire départemental du SNUipp 05

- 1-Qu’est-ce qui vous a conduit à cette expérience ? Depuis quand est-elle en cours, est-ce que cela se poursuit...

Pour le SNUipp 05, ce processus est le résultat d’un travail de longue haleine en CAPD. En effet, depuis de nombreuses années, le SNUipp 05 n’avait eu de cesse de demander aux Inspecteurs d’Académie successifs un groupe de travail sur l’inspection. Cette demande était légitimée par le constat d’inefficacité de l’inspection, partagé par bon nombre d’acteurs du système éducatif. De plus, il existait des écarts de notes importants d’un IEN à l’autre et on était loin d’une évaluation formative. L’Inspecteur d’Académie de l’époque, Philippe SAURET, a relevé le défis et a proposé, après avoir consulté les syndicats, un document écrit. Ce cahier des charges de l’expérimentation est rentré en pratique en septembre 2000. Le maître mot de ce processus est la "confiance" entre les professionnels de l’école et cela a donc conduit logiquement à la mise à l’écart de la note qui empêchait un véritable dialogue pour que l’inspection devienne réellement une aide, un accompagnement pédagogique gage d’une évaluation réussie. Cette expérience a d’ailleurs surtout permis de mettre en place une réflexion d’équipe au sein des écoles et des circonscriptions. Aujourd’hui, après trois ans d’expérimentation, les choses ont évolué notamment avec le changement d’Inspecteur d’Académie en septembre 2001. Certes, celui-ci ne remet pas en cause le dispositif en lui même ni le fait que la note avance suivant l’AGS, déconnectée de l’inspection, mais il veut revenir à une certaine forme d’inspection individuelle, réinstaurer le rapport d’inspection et le contrôle de chaque enseignant dans sa classe par l’IEN. Il prétexte des pressions de la hiérarchie qui juge notre expérimentation trop laxiste, trop portée sur le collectif. Il a donc décidé d’émettre une circulaire d’ici peu pour modifier et pérenniser cette expérience, mais disons-le, en revenant sur une inspection beaucoup plus traditionnelle. Affaire à suivre.

- 2-Comment ces dispositions ont-elles été perçues par les collègues ? Y -t-il eu des changements dans la vie quotidienne des écoles ?

Le SNUipp 05 a consulté une grande partie de la profession, pendant plus d’un an, pour expliquer et réfléchir aux enjeux et à la mise en place d’un tel dispositif. Les choses n’étaient pas si simple parce que bon nombre de collègues était méfiant et doutait que les IEN puissent jouer le jeu de la confiance, avec un passif lourd dans certaines circonscriptions, puis ils voyaient mal la place que les conseillers pédagogiques pouvaient jouer. Ensuite, une minorité de collègues voyait dans ce dispositif une attaque de leur mérite personnel, garant de leur avancement futur. Forte heureusement, c’est peu de collègues qui pensent qu’ils sont plus méritants que d’autres et la très grande majorité des instituteurs et professeurs des écoles de ce département ont accueillis favorablement cette expérimentation. Le fait de vivre ce processus a permis pour beaucoup d’équipes de se rendre compte qu’il était possible de vivre autrement les relations de hiérarchie avec l’IEN. Pour la première fois, on pouvait se mettre en danger pédagogiquement, dans sa classe, sans risque d’une sanction quelconque et au contraire avec des possibilités de progresser et d’échanger avec d’autres collègues de l’écoles et l’équipe de circonscription. Aujourd’hui, personne ne voudrait revenir à l’inspection traditionnelle et les collègues voient d’un mauvais œil le retour d’un contrôle pédagogique serré. L’administration n’a pas su mettre en place une évaluation de cette expérimentation faute de moyens aux dires de l’Inspecteur d’Académie. Il est, de fait, difficile d’en mesurer l’impact quantitatif. En revanche, le SNUipp 05 a consacré un colloque, sur le travail d’équipe, qui a permis d’avoir un regard extérieur sur nos pratiques en la présence de chercheurs, de l’OCCE et de Nicole GENEIX. En outre, la vie des écoles a évolué, il y a sans doute une prise de conscience plus forte de l’équipe mais les demandes de temps sont criants. Nous n’avons pas assez de recul pour parler d’un bouleversement de la vie des écoles. On ne change pas non plus facilement des habitudes qui ont duré pendant de longues années.

- 3-Quel bilan en tirez-vous ? Quel impact sur le déroulement de carrière des collègues ?

Une des difficultés essentielle est effectivement la gestion des promotions. Jusqu’à présent, les collègues avaient des barèmes différents à cause de la note mais aujourd’hui que la note suit l’ancienneté, on commence a avoir, notamment pour les débuts de carrière, beaucoup de gens ayant le même barème et dans ce cas la discrimination se fait à l’âge. L’administration cherche des solutions pour départager les ex æquo. Depuis le début, le SNUipp, lui, demande l’avancement le plus rapide pour l’ensemble des collègues. Des divergences fortes existent sur ce dossier, avec en arrière plan le grand retour au mérite, et on se trouve donc dans une impasse. C’est sans doute une des raisons qui pourrait faire capoter notre expérience d’autant que la modalité de calcul des promotions est nationale. Malgré cette faiblesse, la plupart des collègues est attaché à un avancement au même rythme, que tout le monde souhaite le plus rapide, parce que c’est un signe d’équité. Les gens sont tous méritants de faire leur travail, en revanche, il n’a jamais été exclu dans ce processus de pointer les rares collègues qui mettraient manifestement de la mauvaise volonté à accomplir leurs tâches. Là encore, notre petit département alpin, non représentatif de la société française, ne peut à lui seul régler des problèmes d’ordre nationale. C’est pourquoi, depuis le début, le SNUipp 05 n’a cessé de demander une large réflexion syndicale sur l’inspection qui est partie intégrante du métier.

Geoffroy CHEVALIER

 

7 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 05 - Bourse du Travail - Place Grenette - BP 42 - 05002 GAP Cedex - Tél. : 04.92.53.45.28 - Tél. LiveBox : 09 60 05 69 31 - Fax : 04.92.53.78.84 - Courriel : snu05@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 05, tous droits réservés.