www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 05

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités  / Reflexion sur l’école : samedis matins et programmes 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 mars 2008

Stages de remise à niveau pendant les vacances

Notre système éducatif subit de nombreux bouleversements. Les stages de « remise à niveau » sur le temps des vacances en font partie. Nous appelons les collègues à ne pas faire partie des « volontaires » pour de multiples raisons.

D’un point de vue pédagogique d’abord.

Il ne faut pas confondre "difficultés scolaires" et "manque de travail". Multiplier les heures n’a pas pour corollaire « apprendre mieux ».

Cette mesure s’inscrit dans un contexte de déplacement des problèmes scolaires vers la seule école primaire et nie, de ce fait, l’impact de la situation sociale sur les résultats des élèves.

Bien qu’"experts", selon la formule consacrée, face à des enfants en difficulté, nous ne sommes pas toujours capables d’en comprendre l’origine. Nous faisons alors appel à nos collègues du RASED, afin qu’ils nous aident à interpréter les constats que nous pouvons faire. Dans tous les cas, nous avons affaire à des situations singulières, qui nécessitent des réponses adaptées, construites sur la durée, qui prennent en compte l’enfant dans sa globalité et pas seulement la compétence mal maîtrisée. Forts de notre expérience, et par honnêteté professionnelle, nous ne nous sentons donc pas en mesure de « remettre à niveau » des élèves, quand nos collègues n’y sont pas parvenus eux-mêmes. Soit nous nous spécialisons, soit nous nous abstenons, car nous refusons de donner l’illusion aux enfants et à leurs parents que c’est simple et qu’il suffit de…

L’apprentissage n’est pas une mécanique. Il ne suffit pas de remettre les pièces dans le bon sens.

D’aucuns diront que cette mesure répond aux demandes des familles qui ne peuvent pas s’offrir des cours privés. Par expérience encore, les élèves qui reçoivent des cours en dehors de l’école ne sont pas obligatoirement de « mauvais » élèves. C’est plutôt que l’école ne colle pas toujours à l’image que s’en font les parents, écarts que les cours particuliers sont chargés de combler.

Ce dispositif ne fera donc pas d’ombre aux officines privées. Bien au contraire, il ne fait que les justifier. N’oublions pas que notre système éducatif public, bien que déjà rogné, demeure une manne financière que nous n’imaginons même pas. Enfin, nous ne comptons plus la multitude de dispositifs qui ont pu être mis en place ces dernières années. Quelle évaluation en a été faite ?

Du point de vue des enseignants et des salariés que nous sommes

Le mélange des genres est-il acceptable ? Associer « revalorisation salariale » et échec scolaire nous semble être une préparation royale au principe du salaire au mérite.

Mais de quel mérite parle-t-on ? Dans la logique du pouvoir politique en place, il dépend uniquement de la réussite des élèves. Il sera facile de donner l’illusion que ce dispositif fonctionne : le taux d’échec scolaire sera divisé par trois, mais à partir d’évaluations qui n’ont rien à voir avec l’idée que nous nous faisons de l’école. Cela voudra dire qu’en y mettant du nôtre, nous sommes capables de résorber cet échec. Alors, pourquoi ne pas l’intégrer à notre temps de travail ?

Notre temps de travail, parlons-en. Le rapport Pochard cite une enquête réalisée en 2000 sur le temps de travail des enseignants. Les professeurs du premier degré effectueraient en moyenne 42h18 par semaine sur 36 semaines. Préparer correctement nos interventions auprès d’un groupe de six élèves pendant 15 heures demande aussi du temps. Il n’y a pas que les élèves qui soient fatigables. Les enseignants aussi. Les vacances servent à récupérer et à préparer notre classe pour la plupart d’entre nous. Beaucoup d’entre nous aimeraient plutôt tendre vers la reconnaissance voire un allégement de notre charge de travail. Cette charge de travail serait encore accrue pour les directeurs(trices) d’école et nos collègues de CM, même ceux qui ne sont pas volontaires.

Bien sûr, nous sommes de plus en plus nombreux à rencontrer des difficultés financières. Mais nous restons convaincus que l’individualisation des salaires, c’est de cela dont il s’agit, est une mauvaise solution, et que la proposition d’aujourd’hui n’est pas pérenne. Nos revendications salariales portent sur l’augmentation du point d’indice, seul moyen de reconnaître l’évolution de notre charge de travail et de revaloriser notre profession ; le système des heures supplémentaires coupera court à ces discussions. Les préconisations des différents rapports sur le système éducatif tendent toutes vers une annualisation du temps de travail ! C’est une augmentation de salaire pour tous qu’il faut obtenir !

En tant que citoyens

Nous sommes très attachés au Service Public d’Education, et aux services publics en général. Le principe du bouclier fiscal ne nous satisfait pas. La réduction des ressources de l’État a pour corollaire celle du financement des services publics (et de nos salaires...). À terme, il y aura de moins en moins d’école. La suppression des 11 200 postes cette année dans l’éducation nationale n’est qu’un prélude. Cette mesure ne saurait compenser la baisse constante et programmée de l’offre éducative : non remplacement des enseignants, pénurie d’enseignants spécialisés, insuffisances en matière de formation initiale et continue, impossibilité de travailler sereinement avec des petits groupes, … et ce, dans un contexte d’ inégalités sociales exponentielles.

Elle s’inscrit dans un système plus global d’école à plusieurs vitesses qui tourne volontairement le dos à une éducation ambitieuse pour tous.

Malgré leur aspect anodin et parfois tentant, ces quelques heures de remise à niveau sont une bombe à retardement sur un terrain déjà miné.

Regardons donc bien où nous mettons les pieds avant de nous y engager !


Communiqué de presse du SNUipp sur la question : communiqué de presse

Rappel de quelques principes commentés pour ces stages :

"Ces stages se dérouleront à trois périodes de l’année, sur une durée de 15 heures à raison de 3 heures par jour, durant l’une des semaines des vacances de printemps, la première semaine de juillet et la dernière semaine des vacances d’été."

"Les groupes d’élèves qui bénéficieront de ce nouveau service seront constitués sur la base d’un maximum de six enfants, par les enseignants des classes de cours moyens de l’école ou des écoles concernées."

"L’ensemble du dispositif sera présenté au conseil d’école, il sera inscrit dans le volet du projet d’école concernant l’aide aux élèves rencontrant des difficultés."

"Avant le début du stage, l’enseignant de la classe établira un bilan de compétences en français et mathématiques de chaque élève concerné [...]"

"Les stages seront conduits par des enseignants du premier degré volontaires. Ils seront rémunérés en heures supplémentaires d’enseignement."


On peut se demander l’efficacité de ces stages qui ne s’adresseront pas aux élèves qui sont dans le champ des RASED. Ils s’adressent uniquement aux élèves qui rencontreraient des difficultés qui ne sont pas liées à un trouble, un handicap, un comportement particulier... donc uniquement à des élèves qui ont besoin d’un soutien scolaire ponctuel.

Notons au passage que la mise en place des ces stages demande un travail supplémentaire aux directeurs (qui organisent), aux collègues de CM (qui doivent faire les bilans de compétences) et aux conseils de cycles qui déterminent les élèves qui peuvent participer à ces stages : sur quel temps et sur quelle rémunération ? Sans compter le temps passé à rencontrer les parents.

PS : Pour information, le taux de l’heure supplémentaire d’enseignement s’élèvera à :

Soit pour un stage d’une semaine (15 h)
Instituteurs21,16 €317,40 €
PE classe normale23,79 €356,85 €
PE hors classe26,16 €392,40 €

 

15 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 05 - Bourse du Travail - Place Grenette - BP 42 - 05002 GAP Cedex - Tél. : 04.92.53.45.28 - Tél. LiveBox : 09 60 05 69 31 - Fax : 04.92.53.78.84 - Courriel : snu05@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 05, tous droits réservés.