www.snuipp.fr

SNUipp 05

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Infos carrière  / Accompagnement des équipes d’école - Inspection 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
janvier 2002

Promotion et évaluation, un article de Jean Louis Violin

Paru dans l’école haut alpine

Un certain nombre de collègues s’interroge aujourd’hui sur l’incidence du nouveau système de notation sur les promotions. L’administration aussi semble t-il ? Il nous paraît utile de rappeler certaines données :

Système de notation

Depuis septembre 2000 et la mise en place de la nouvelle évaluation des équipes, notre système départemental a été bouleversé et... simplifié. Sauf exceptions déjà longuement expliquées à la fois par l’administration et nous même, la note pédagogique est devenue automatique. Elle est directement liée à l’A.G.S., ancienneté générale de service ; chaque tranche d’A.G.S. correspond à une note.


Système de promotion

L’avancement des instituteurs se fait par année civile, des P.E. par année scolaire (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !). Le tableau d’avancement est établi par l’Inspecteur d’Académie. La détermination des promus est examinée en C.A.P.D., généralement en décembre-janvier (même C.A.P.D. pour les instits et les P.E.). Pour être promu, il faut bien-sûr être promouvable. Être promouvable, c’est avoir la durée requise dans l’échelon précédent pour être susceptible de passer à l’échelon supérieur. 3 vitesses existent : grand choix, choix et ancienneté. La C.A.P.D. retient 30% de la liste des promouvables au grand-choix et 5/7 de celle des promouvables au choix. Pour chaque vitesse et pour chaque changement d’échelon, les promouvables sont classés grâce à un barème qui tient compte de trois critères : l’A.G.S., la note pédagogique et l’ancienneté dans l’échelon.

Sur les 3 paramètres constituant le barème de promotion, un seul est modifié par le nouveau système. Les 2 autres ne changent pas et par conséquent peuvent départager les promouvables.

Le problème se pose uniquement pour une partie des PE non pas en tout début de carrière (passage automatique) ni en fin de carrière (AGS et ancienneté d’échelon différentes) mais pour les passages du 4ème au 5ème échelon voire du 5ème au 6ème car un grand nombre d’entre eux ont une ancienneté d’échelon équivalente. Donc, le problème se pose pour très peu de collègues et probablement pas encore pour l’année en cours.

Le système de promotion est national, il ne pourra pas se régler à l’intérieur du 05.

Il est concevable de penser que l’administration départementale trouvera une solution pour les quelques cas ponctuels de l’année à venir (en jouant sur les reliquats par exemple en cas d’ex aequo) sans que cela grippe le système et d’autre part on ne peut s’arrêter au cours terme. Si notre système perdure, et nous le souhaitons, s’il s’étend à d’autres départements, cela paraît naturel, nous aurons alors la possibilité de faire pression auprès du ministère pour modifier le système national de promotion qui deviendra caduque et ne sera alors plus applicable.

Attention aussi aux raccourcis rapides :

La question des promotions est importante, certes, mais ne constitue qu’un simple volet, conséquence du système 05 d’évaluation. L’éventuelle difficulté à régler la question des promotions ne doit pas être utilisée comme argument pour mettre à mal le nouveau système dans son ensemble. D’ailleurs n’est-il pas utilisé comme excuse pour les personnes opposées au système, qui n’osent exprimer tout haut leur refus de la même note pour tous, leur refus de modifier un système qui s’appuie sur le mérite.

Alors ne restons pas figés sur les incidences annexes sur les promotions et n’oublions pas l’essentiel. Ce nouveau système doit évoluer, s’améliorer.

Quelques axes dont nous débattrons dans les prochaines CAPD

La grille de notes qui s’arrête aujourd’hui à 19 pour des raisons techniques de faisabilité (grille basée sur des moyennes par échelon des notes "ancien système" dans les Hautes-Alpes et les Bouches du Rhône) ne nous satisfait pas pour 2 raisons :
- Si la note est sur 20, pourquoi notre grille n’irait-elle pas jusqu’à 20 ?
- Des collègues ont aujourd’hui 19,5 ou 20 (ils avaient de l’avance dans l’ancien système et la garde). Ces notes doivent être accessibles par tous .

Les visites d’écoles :

On ne passe pas sans heurts d’un système archaïque, basé sur des relations hiérarchiques souvent infantilisantes à une organisation basée sur la confiance et le respect mutuel. Cela demande du temps. Les mentalités, les habitudes de fonctionnement, aussi bien parmi les instits que chez les inspecteurs, ne peuvent changer du jour au lendemain.

Les CAPD, qui suivent régulièrement le cheminement de l’opération, soulèvent régulièrement des disfonctionnements :
- Attitudes de contrôleur /censeur de certains membres des équipes de circonscription .
- Difficultés à visiter les classes car le climat n’est pas encore suffisamment serein. Certains inspecteurs n’ont plus d’équipe volontaire et sont plutôt tenter de "forcer" alors que la patience et le retour à la confiance permettront de repartir du bon pied.

Pourtant ces visites se déroulent plutôt bien. Les collègues ont en grande majorité et rapidement admis qu’ils ont beaucoup à y gagner, pour leurs élèves et pour eux même. Et bien que tout n’est pas parfait qui dira aujourd’hui que c’était mieux avant ?

La formation continue :

C’est un volet essentiel de la "réforme".

Les demandes de formation après les visites d’écoles sont fortes sur le plan quantitatif (il faut plus d’une semaine) et sur le plan qualitatif. Les équipes de circonscription n’ont pas les ressources et, sur des sujets précis, pas les compétences pour encadrer ces stages.

Le "bricolage" n’est pas acceptable, pas accepté non plus. Attention, si la réponse à une demande forte d’aide pour modifier ses pratiques pédagogiques n’est pas appropriée, si les stages débouchent sur des déceptions, des sensations de perte de temps, le système global ne pourra pas fonctionner. Sur "3 pattes" il s’écroulera. Aujourd’hui, il semble que la F.C. soit le maillon faible du dispositif. Probablement parce que, rapidement, c’est sur elle que repose le dispositif tout entier. A l’administration de répondre, en moyens humains et financiers pour faire fonctionner ce qu’elle a mis en place.

N’oublions pas les paroles de M. Sauret qui disait à peu près ceci : "Ce nouveau système appartient aux enseignants. S’ils en sont satisfaits, ils sauront le défendre quel que soit l’inspecteur d’académie, quel que soit l’IEN."

Souhaitons que nous n’aurons pas besoin de le défendre mais exprimons nous pour l’améliorer !

J. L. VIOLIN

 

30 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp 05 - Bourse du Travail - Place Grenette - BP 42 - 05002 GAP Cedex - Tél. : 04.92.53.45.28 - Tél. LiveBox : 09 60 05 69 31 - Fax : 04.92.53.78.84 - Courriel : snu05@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp 05, tous droits réservés.